Le Mouvement Respiratoire Primaire

Le mouvement respiratoire primaire fait partie des mouvements involontaires du corps. Connu des ostéopathes depuis longtemps, la médecine moderne commence seulement à en avoir la preuve, via IRM par exemple. 

Il se caractérise par 5 étapes distinctes :

- Contraction du tissu nerveux (cellules de la glie et neurones)

- Fluctuation du LCR (Liquide Céphalo Rachidien) 

- Mouvement des méninges (Pie mère, arachnoïde, dure mère)

- Mouvement des os du crâne

- Mouvement du sacrum entre les iliaques 

Petite mise au point : 

Imaginez que votre crâne est une noix : la coque représente les os du crâne, la membrane à l'intérieur représente les méninges et la noix le cerveau. Enfin, imaginez de l'eau à l'intérieur, c'est le LCR. Vous pouvez maintenant facilement vous rendre compte à quel point tous ces tissus sont liés les uns aux autres et pourquoi le mouvement de l'un d'eux entraîne forcément le mouvement des autres. 

Pour l'ostéopathe le MRP sera un bon reflet de l'état de santé général du patient. En effet, le MRP permet au corps de garder une homéostasie, un équilibre correct, et de s'adapter le mieux possible aux différentes situations face auxquelles le corps est confronté. Ainsi il peut agir sur nos hormones, nos humeurs, notre stress, la fatigue... 

Imaginez maintenant les conséquences que cela peut avoir quand le MRP est ralenti ou stoppé. Les principales causes sont les chocs violents tels que les accidents de voiture entraînant une contraction réflexe des méninges pour protéger le cerveau et la moelle épinière, mais pas que... Un état de choc émotionnel important, une grande fatigue ou encore un burn-out peuvent en être aussi la cause. 

Pour ce qui est des nouveaux-nés, le MRP se lance au moment du passage de la tête dans le bassin de la mère. Encore une fois l'ostéopathe a un grand rôle à jouer après ce premier traumatisme de la vie, que celui ci se soit bien passé ou pas.